NARCOSE DE NARCISSE

Publié le par counterpart

Sous-titre du chapitre 4 de PCM intitulé : "L'amour des gadgets".
1. McLuhan interprète le mythe de Narcisse, dont il rappelle l'étymologie, narkôsis, signifiant torpeur.
Ce mythe montre "que les hommes sont immédiatement fascinés par une extension d'eux-mêmes faite d'un autre matériau qu'eux" (PCM, p.61), ces extensions désignant les technologies.
Le mythe de Narcisse est l'expression du principe d'auto-amputation d'une partie du moi à des fins anti-inflammatoires. Ici, l'image de Narcisse vient soulager le stress généré par la découverte de sa propre parole (diffusée par la nymphe Écho). [Rappelons que la parole ou langage est déjà une extension du corps]. Cette auto-amputation produit un choc très violent, comparable à l'audiac, qui place Narcisse dans un état de torpeur.
2. Explication.
S'appuyant sur des travaux de Hans Selye et Adolphe Jonas, McLuhan soutient que tout prolongement du corps est une tentative d'auto-amputation liée à une tentative corporelle d'éviter une trop grande souffrance. Ce qui provoque une nouvelle invention, cad un nouveau prolongement du corps, "n'est rien d'autre que le stress produit par une accélération de rythme ou une augmentation de charge" (PCM, p.62), liées à une invention antérieure.
Ex. : La roue (comme amputation du pied) a été "inventée" suite à l'accélération des échanges provoquée par l'écriture et l'argent. La roue a alors agi comme un anti-inflammatoire ou "remède à l'accroissement des fardeaux".

➥ À rapprocher des images de l'hypnose et de l'anesthésie, images fréquemment utilisées par McLuhan.
3. Principe général applicable à la théorie des media
"Le principe de l'autoamputation en tant que soulagement immédiat de la tension du système nerveux central s'applique sans aucune difficulté à l'origine de tous les media de communication". (...) "Toutes les inventions ou technologies sont des prolongements ou autoamputations de nos corps ; et des prolongements comme ceux-là nécessitent l'établissement de nouveaux rapports ou d'un nouvel équilibre des autres organes et des autres prolongements du corps" (PCM, pp.64-65).
À noter qu'avec l'avènement de l'ère électrique, l'homme a projeté hors de lui son propre système nerveux central, il s'est trouvé confronté à une souffrance extrêmement violente et douloureuse.

Publié dans NARCOSE DE NARCISSE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article